e-BPM - Bonnes Pratiques de Maintenance

Se former
Se tester et faire le point
Améliorer ses compétences

Réactiver ses connaissances
Partager les Bonnes Pratiques
Discuter technique et méthodes

Avec e-BPM, accédez à un ensemble de solutions de formation en e-learning, pour tout savoir des Bonnes Pratiques de Maintenance. Synthétiques, pédagogiques, accessibles sur tablettes, ordinateurs, mobiles… ces formations se présentent sous la forme de 30 modules répartis en 7 grandes thématiques de maintenance.

Les meilleures pratiques connues du moment y sont exposées, expliquées et décryptées par Claude KOJCHEN et son équipe.

My Posts

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons du conditionnel mesuré :

Car il n’est pas toujours possible de poser un capteur à demeure, surtout s’il s’agit de thermographie ou d’analyse d’huile, par exemple. Dans ce cas, un technicien va se rendre sur la machine pour relever la valeur de notre paramètre. C’est ce que j’appelle le conditionnel « mesuré » (par le technicien). Cette mesure est ensuite enregistrée dans la GMAO, et son évolution est suivie pour vérifier si on est toujours en deçà du seuil de remplacement. Ces contrôles réguliers doivent être programmés, et de fait, la frontière devient alors bien mince avec un contrôle systématique qui fait l’objet d’un relevé de valeur...

Conditionnel mesuré et contrôles systématiques même combat !

Lorsque ce contrôle révèle la nécessité de remplacer un composant, ce remplacement EST TOUJOURS de la maintenance préventive, car l’ensemble du travail de conception du préventif, de programmation et de contrôle a bien permis d’éviter la défaillance. Alors, même si on est obligés de le remplacer en urgence, c’est du préventif réussi ! pourquoi se priver de l’enregistrer en maintenance préventive ?

Retrouvez ce terme dans le module de la formation en ligne e-bpm.tech : B3 Construire un programme de maintenance préventive efficace

 

Une question sur la maintenance ? N’hésitez pas à me la poser.

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons du conditionnel instrumenté :

Pourquoi introduire cette notion (qui n’est pas normalisée) ? d’une part, il existe souvent une confusion entre le conditionnel et les Contrôles Non Destructifs (CND). Les CND sont des outils qui permettent de mesurer une épaisseur, une température, l’encrassement d’une huile, etc. ils sont très riches et ils apportent des informations qui font économiser parfois des sommes importantes soit en évitant de faire une vidange lorsque l’huile est encore bonne, soit en prévenant qu’un rouleau de plusieurs tonnes commence à vibrer, par exemple. Il s’agit d’un conditionnel « instrumenté » car les informations sont collectées sur la machine par un capteur qui envoie sa valeur vers un système de contrôle-commande. Cette chaine de mesure permet de prévenir le service maintenance automatiquement lorsque le seuil est atteint. Il existe aussi du conditionnel instrumenté sans CND, lorsqu’on installe un simple capteur de position sur le tendeur d’une chaine, par exemple. En conclusion conditionnel instrumenté ne veut pas dire CND !

Retrouvez ce terme dans le module de la formation en ligne e-bpm.tech : B3 Construire un programme de maintenance préventive efficace

Rendez-vous mardi prochain pour le pour examiner le systématique et les conditionnels !

 

Une question sur la maintenance ? N’hésitez pas à me la poser.

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons de la maintenance préventive conditionnelle :

Ce type de préventif consiste à rechercher un paramètre caractéristique de l’usure d’un composant, puis à suivre ce paramètre dans le temps. L’objectif est alors de remplacer le composant au moment où il a franchi le seuil fixé, juste avant la casse. Les avantages de cette méthode sont que l’on remplace notre composant au bon moment : ni trop tôt avec la perte de temps d’usage, ni trop tard en cas d’usure prématurée. Mais elle présente aussi des difficultés : il n’est pas toujours possible de trouver ce paramètre et de le mesurer, et le remplacement de notre composant peut être urgent, donc déclencher une intervention non programmable.  

Retrouvez ce terme dans le module de la formation en ligne e-bpm.tech : B3 Construire un programme de maintenance préventive efficace

Rendez-vous mardi prochain pour le pour examiner le conditionnel instrumenté.

Une question sur la maintenance ? N’hésitez pas à me la poser.

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons de la maintenance préventive systématique :

Le préventif systématique est le plus ancien des préventifs. Il date des débuts de l’aviation, avec la nécessité à l’époque de remplacer systématiquement les moteurs après chaque vol. D’après la norme, c’est une « maintenance exécutée à des intervalles prédéterminés avec un échéancier et destinée à réduire la probabilité de défaillance ».

Depuis, dans tous les secteurs, le coût que représentent ces remplacements nous a obligés à aménager ce type de préventif. Et à la place, ont lieu de plus en plus, des contrôles à intervalles réguliers qui permettent de connaitre l’état du composant, pour savoir s’il faut le remplacer. C’est toujours du systématique, car c’est à intervalles réguliers, mais ça sent le conditionnel à plein nez !

Retrouvez ce terme dans le module de la formation en ligne e-bpm.tech : B3 Construire un programme de maintenance préventive efficace

Une question sur la maintenance ? N’hésitez pas à me la poser.

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons du plan-programme de préventif :

Plan ou programme de préventif ? Je préfère parler de programme, car ce document prend souvent la forme d’un tableau, qui décrit l’ensemble du préventif prévu sur une année.

L’intérêt du programme de préventif est d’avoir sur le même document, un visuel clair de l’ensemble des tâches de préventif à faire sur un équipement.   

Il permet aussi de savoir ce que le préventif va coûter pour chaque machine, pour un atelier, et pour l’usine.

Ce document est nécessaire, même si vous avez une GMAO.

 

Retrouvez ce terme dans le module de la formation en ligne e-bpm.tech : B3 Construire un programme de maintenance préventive efficace

Rendez-vous mardi prochain pour le pour examiner le systématique et les conditionnels !

 

Une question sur la maintenance ? N’hésitez pas à me la poser.

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Ce mardi, nous parlons du préventif, fondement de la maintenance actuelle :

La norme nous dit que le préventif est une maintenance qui :

-évalue une dégradation, et la réduit

-réduit la probabilité de défaillance

Cela veut dire que, faire du préventif c’est se rendre régulièrement sur la machine, soit pour remplacer un organe (c’est le systématique), soit, de plus en plus, pour vérifier son état (c’est le conditionnel).

Dans tous les cas, le préventif se construit, se planifie et s’enregistre.

On estime que l’optimum du préventif est le point où le coût direct de maintenance est égal au coût indirect de maintenance.

Rendez-vous mardi prochain pour le plan-programme de préventif !

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui, le classement de criticité :

La maintenance, n’est pas « open bar » ! Les budgets et les moyens alloués sont aujourd’hui comptés.

Cela oblige à choisir, donc à renoncer à tout faire. Il faut des critères pour :

-avoir recours à des méthodes rigoureuses d'analyse

-développer une maintenance préventive sélective 

-choisir quelles pièces avoir en stock, et en quelle quantité

C’est le classement de criticité qui nous donne ces critères, en déterminant quels sont les équipements vitaux, importants et secondaires. Chaque classe d’équipement a un traitement différent des pannes, du préventif et des pièces de rechange.  

 

Rendez-vous mardi prochain pour le préventif !

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui après le cout direct, voyons le cout INdirect de maintenance

C’est l’ensemble des coûts engendrés par l'indisponibilité de l'installation, c’est-à-dire : le personnel inoccupé, l’amortissement des machines, les énergies inutiles, les surcouts de qualité, de reprise de production, le manque à gagner si toute pièce produite est vendue, et les arrêts induits (amont-aval), sans compter les pénalités éventuelles, etc.

Le calcul du cout indirect est beaucoup plus rare, car il n’est pas simple. Pourtant c’est grâce à lui que l’on sait si le préventif est suffisant.

Rendez-vous mardi prochain pour le classement de criticité !

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui, voyons le cout direct de maintenance

C’est le cout des dépenses du service maintenance. Il se compose de :

-cout de main-d’œuvre (interne et externe) ;

-cout des pièces, matières et fournitures utilisées dans les interventions,

-cout de fonctionnement du service, et des consommables (équipements pour l’atelier et le personnel, lubrifiants, etc.)

Quel que soit le niveau auquel on se trouve, il peut toujours être décomposé selon 3 axes :

-l'arborescence, entre site, atelier et équipement,

-la nature, l'origine de la dépense (main-d’œuvre ou pièces),

-le type d'intervention (préventif, correctif, remise en état, etc).

NB : si on ne regarde que ce chiffre, la maintenance coute TOUJOURS trop cher. C’est pourquoi il faut aussi connaitre le cout INDIRECT de maintenance.

 

Rendez-vous mardi prochain pour le cout indirect de maintenance !

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui, voyons les 5 NIVEAUX DE MAINTENANCE

Les niveaux de maintenance correspondent à la complexité d’une intervention

Ils permettent, par exemple, de définir le niveau attendu des interventions de l’entreprise extérieure, lors de la rédaction d’un contrat.

Le niveau 1 est le plus simple. Il se fait sans outil

Au niveau 2 on trouve : opérations de base (échange standard) et opérations mineures de maintenance préventive

Au niveau 3 : des opérations complexes, exécutées par du personnel technique qualifié

Le niveau 4 est celui de l’expertise

Le niveau 5 est celui des reconstructions, rénovations ou réparations importantes exécutées par une entreprise spécialisée

 

Rendez-vous mardi prochain pour le cout direct de maintenance !

 

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui, notre définition concerne les termes : PANNE et DEFAILLANCE

Les deux termes sont souvent confondus, alors qu’ils ont une signification bien distincte :

Tant que l’équipement fonctionne, il est EN marche

Lorsqu’il tombe EN panne, il passe de l’état de marche à l’état de panne.

Ce passage, cette transition, c’est la perte de fonction, et c’est ce qu’on appelle la défaillance.
C’est la casse, l’arrêt, etc.

Rendez-vous mardi prochain pour 5 niveaux de maintenance

Numa

Bonjour, c’est Numa !

Aujourd’hui, notre définition est le terme : MAINTENANCE (évidemment !)

On connait tous la définition de la maintenance : « ensemble des activités destinées à maintenir ou remettre en état un équipement, etc… ». Cela introduit les notions de maintenance préventive et corrective.

Point-clé : la maintenance, ne se fait pas uniquement « outil en main ». Il s’agit d’actions techniques, mais aussi administratives (de gestion, quoi !), et de management.

 

Rendez-vous mardi prochain pour les termes : Panne et Défaillance

 

Numa