Maintenancia
dedicated to jobs and skills
for the maintenance community


2021 : Emploi-MaintenanceIndustrielle devient Maintenancia. 

2021 : Emploi-MaintenanceIndustrielle devient Maintenancia

Inscrivez-vous et plongez au coeur de la communauté maintenance. Partagez, échangez, découvrez, participez....
De l'information pertinente proposée par ceux qui font la maintenance au quotidien.

Stéphane est enseignant de Maintenance des Équipements industriels dans un lycée professionnel des métiers depuis 14 ans. Son expérience de 12 ans en industrie agroalimentaire lui permet d'être crédible face aux jeunes qu'il accueille à la sortie de 3e pour les préparer en 3 ans au Bac Pro MEI. Ce qui le motive c'est de transmettre un métier, un savoir-faire et de voir les jeunes, parfois en situation d'échec scolaire, retrouver de la confiance en eux, s'épanouir et gagner en autonomie à la fois dans l'univers professionnel et dans leur vie personnelle. Il nous parle du programme qui - de la 2nde à la terminale- mêle cours théoriques et applications pratiques dans des domaines tels que l'électricité, la mécanique, l'hydraulique pour former des techniciens polyvalents, capables de diagnostics complexes, véritables « médecins généralistes » des machines. Ils peuvent ensuite poursuivre des études en bac +2, faire le choix d'une MC (mention complémentaire) d'un an pour se spécialiser ou encore entrer sans difficulté sur le marché du travail.

#podcast  , , , , , , ,

Écouter le podcast :

 

Disponible sur toutes les plateformes de podcast Deezer, Itunes, Spotify

Après un diplôme d’ingénieur Maintenance aux Arts & Métiers, Cécile complète sa formation par un Mastère spécialisé en maintenance (bac+6) en alternance. Un choix qui lui a permis d’entrer dans le monde du travail sans pression ni contraintes. Recrutée par un prestataire de maintenance, elle évolue rapidement d’ingénieur méthode à responsable de contrats de maintenance puis chef de service. L’envie de retrouver un lien fort avec la production la conduit à rejoindre un industriel. En tant que chef de service maintenance, elle va véritablement avoir l’opportunité de développer une stratégie de maintenance. Ayant la main sur des décisions d’investissement à long terme, elle peut optimiser les coûts de maintenance et la disponibilité de l’outil de production.

#podcast  , , , , -de-production, ,

Écouter le podcast :

 

Disponible sur toutes les plateformes de podcast Deezer, Itunes, Spotify

Thomas est technicien de maintenance itinérant. Un métier exigeant, sans routine, à la fois technique et très relationnel, qu’il a choisi après une reconversion professionnelle. C’est sa nature curieuse qui l’a conduit vers le métier de technicien de maintenance : la possibilité d’être confronté quotidiennement à de nouvelles notions techniques, de réfléchir et d’acquérir sans cesse de nouvelles connaissances. Travaillant la plupart du temps en autonomie, il sait qu’il peut compter sur ses collègues en cas de difficulté. C’est par son sérieux et son engagement qu’il a acquis la confiance de ses nombreux clients industriels et tertiaires. Emission proposée par Emploi-MaintenanceIndustrielle, plateforme Emploi des professionnels de la maintenance.

#podcast  , , , , ,

 

Écouter le podcast :

 

Disponible sur toutes les plateformes de podcast Deezer, Itunes, Spotify

Le thème abordé est la maintenance et le suivi des remontées mécaniques dans les stations de ski.

Nos orateurs présentent, dans le contexte particulier de la montagne, l'organisation du service des remontées mécaniques, les équipes de mécaniciens et d'électriciens dédiés, les sous-traitants spécialisés ainsi que les moyens internes spécifiques nécessaires.

Le transport de personnes, ses contraintes réglementaires, les grandes inspections associées, le tout sur un parc de remontées mécaniques diversifié: téléphériques, télécabines, télésièges, téléskis, tapis, télécordes.
Quelques opérations de maintenance avec des outils spéciaux sont présentés dans le cadre de cette activité qui nécessite d'importants moyens financiers.

Intervenants du Domaine skiable de Valmorel: Antoine BELLET - Promo Cl196 - Directeur Général, ainsi que Luc Carminati - Promo Cl210 - Directeur d'Exploitation.

Le thème abordé concerne l'audit de la maintenance sur les sites européens de la branche produits plats d'ARCELOR MITTAL.
Notre orateur abordera les audits des processus de maintenance, le programme ARMP - Asset Reliability Management program ainsi que l'utilisation du module SAP-PM de gestion de la maintenance dans SAP.
Il sera abordé le principe de ces audits, la description des rôles de maintenance, l'organisation de la maintenance, le déploiement de la méthode RCM - Reliability Centered Maintenance, l'analyse MTA - Maintenance Task Analysis, la sécurité des interventions de maintenance dont la consignation.
Intervenant: Daniel CHEREAU - Promo An177 - travaille comme Maintenance Excellence Specialist pour ARCELOR MITTAL.

Le thème abordé concerne l'étude et la réalisation du plan de maintenance du détecteur de fuite à l’hélium par une approche basée sur la fiabilité en utilisant la méthodologie AMDEC. L'AMDEC est l'Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité ou FMEA - Failure Mode and Effects Analysis.
Notre orateur présentera l’équipement concerné, la stratégie de maintenance et les moyens mis en place pour assurer la disponibilité opérationnelle de l’équipement.

Notre intervenant sera Bastien CATTAUX qui suit le cursus d'ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers, spécialité Mécanique, en partenariat avec l’ITII Provence-Alpes-Côte d’Azur dans la spécialité "maintenance des systèmes de production" enseignée à l'ENSAM d'Aix en Provence.
Après avoir obtenu un BAC STI génie mécanique puis un BTS après-vente automobile Bastien a été successivement opérateur de production puis technicien de maintenance et enfin coordinateur d'équipe de maintenance chez ST MICROELECTRONICS où il a travaillé 7 ans.
En 2016, Bastien a rejoint l'entreprise SARTORIUS dans la division Bioprocess Solutions / Fluid Management Technologies comme technicien de maintenance sur une nouvelle technologie de machine qui fait des tests d'étanchéité par gaz traceur sur des poches médicales.
En parallèle, Bastien suit le cursus d'ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers, spécialité Mécanique, en partenariat avec l’ITII Provence-Alpes-Côte d’Azur dans la spécialité "maintenance des systèmes de production" enseignée à l'ENSAM d'Aix en Provence. Les études FITE sont dirigées par Cyril FAILLAT - Promo KIN193 - qui est aussi enseignant en énergétique et maintenance à l'ENSAM d'Aix en Provence.

27 Mar 21
Passy, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Dans l'usine du futur, grâce aux capteurs connectés à l'IoT, la maintenance 4.0 s’appuiera sur l'Intelligence Artificielle (IA) pour définir une stratégie de maintenance prévisionnelle performante (predictive maintenance en anglais) pour améliorer fiabilité et productivité. Cette révolution technologique demandera aux techniciens de maintenance et ingénieurs d’acquérir de nouvelles compétences.

 
 

Maintenance 4.0 : une ressource-clé dans l'industrie du futur

L'industrie du futur, aussi appelée "Industrie 4.0", ou "Smart Factory" est un concept dans lequel les technologies numériques intègrent le quotidien de l’usine. Après l'automatisation et la robotisation, l'usine 4.0 marque le passage à la 4e révolution industrielle.

L'industrie 4.0 correspond à une nouvelle façon d’organiser les moyens de production qui s'appuie notamment sur la digitalisation des outils et des méthodes en vue d'augmenter la productivité.

Du fait des investissements nécessaires et du changement de culture industrielle qu'elle implique, la mise en œuvre à grande échelle de l'usine 4.0 est pour le moment visible dans un petit nombre de sites de production.

La stratégie de maintenance de ces équipements ultra-connectés se verra également impactée : c’est le passage à la Maintenance 4.0.

Maintenance 4.0 : des capteurs connectés à l'IoT

Maintenance 4.0 capteurs connectés IoT

L'IoT, acronyme de "Internet Of Things" (Internet des Objets en français) désigne un écosystème dans lequel les objets physiques, connectés à Internet, peuvent générer et transmettre des données en vue d'être exploitées pour créer de la valeur pour les utilisateurs. De façon concrète, dans la maintenance 4.0, l’utilisation sur les machines de production de capteurs en tous genres reliés à Internet, permet une collecte massive de données sur les caractéristiques du process. Ces données recueillies en masse et en temps réel vont pouvoir être exploitées et analysées grâce au traitement du Big Data.

L'intelligence artificielle capable d'établir des algorithmes et des modélisations va accompagner le quotidien des ingénieurs maintenance dans leur prise de décision. Pour les techniciens de maintenance, l'arrivée d'innovations numériques telles que la réalité augmentée et virtuelle, les lunettes connectées, par exemple en complément des tablettes et smartphones dotés d'applications mobiles, leur offrira un accès plus direct aux documentations, aux historiques de pannes, aux mesures en temps réel afin de faciliter le diagnostic.

Maintenance 4.0 : vers une évolution de la stratégie préventive

Maintenance 4.0 Stratégie préventive évolue

A côté de la maintenance corrective, - qui est une intervention non planifiée pour cause d'un dysfonctionnement machine, occasionnant des pertes de productivité - on trouve la maintenance préventive qui occupe la plus grande partie du temps de travail du service maintenance. Le plan de maintenance préventive consiste d’une part en : - une maintenance préventive systématique basée sur un échéancier de remplacement de composants - échéancier qui est fonction du temps, du nombre de pièces, …. - à laquelle s’ajoute une maintenance préventive conditionnelle qui comme sont nom l’indique est conditionnée par l’atteinte de seuils définis préalablement. Elle permet d’optimiser l’usage de pièces de rechange grâce à des techniques telles que : Analyse d’huile, mesures vibratoires, thermographie infrarouge, mesures d’épaisseur, … Toute une série de contrôles qui permettent au technicien d’ausculter et de suivre la santé des machines.

L’intégration de nouvelles technologies "intelligentes" liées au numérique, la possibilité d’intégrer de nombreux capteurs, notamment dans des emplacements jusque là difficiles à surveiller manuellement, va permettre aux services maintenance 4.0 de récolter un très grand nombre de données pour suivre en temps réel et au plus près l’évolution des équipements.

La maintenance prévisionnelle est la clé de la maintenance 4.0

Maintenance prévisionnelle dans l'industrie 4.0

Dans l'usine 4.0, la récolte en masse de données - en temps réel et au plus près de l'évolution des équipements - associée au potentiel de l'IA ouvrent de nouvelles perspectives à la stratégie de maintenance préventive : elle va pouvoir devenir "maintenance prévisionnelle" (appelée "predictive maintenance", chez nos voisins anglo-saxons - et à tort maintenance prédictive en français par abus de langage).En s'appuyant sur les modélisations et simulations, cette maintenance prévisionnelle permettra d’aller plus loin dans la connaissance du process industriel de façon à anticiper les défaillances techniques et à intervenir au juste moment sans pénaliser la production. Ceci dans le but de réduire la maintenance corrective, d'optimiser la gestion des pièces tout en augmentant la fiabilité et la disponibilité du parc-machine au meilleur coût.

Maintenance 4.0 : les nouvelles compétences attendues de l'ingénieur

Compétences ingénieur 4.0

Quels sont les talents dont devra faire preuve l'ingénieur maintenance 4.0 ? En complément des savoirs techniques et des savoir-être fondamentaux, évoluer dans cet univers numérique lui demandera de développer de nouvelles compétences :

  • Capacité de discernement et de projection
  • Capacité à dialoguer et à collaborer
  • Avoir une culture numérique
  • Capacité d'adaptation
  • Capacité à accompagner la montée en compétence des techniciens

.

Modèle d'offre d'emploi d'ingénieur maintenance 4.0

Et maintenant, un peu de prospective ! Nous avons imaginé à quoi pourrait ressembler une offre d'emploi pour un ingénieur maintenance 4.0 au sein d'une de ces entreprises industrielles. Alors, ça vous tente :-) ?

Télécharger le modèle d'offre

Alors qu’il est opérateur de production en entreprise, Kevin intervient assez naturellement sur les équipements lorsqu’une panne survient. Il se débrouille bien et y prend goût. Ayant besoin d’optimiser le temps de bon fonctionnement des équipements, son employeur lui propose alors de suivre une formation en alternance pour acquérir les méthodes de maintenance préventive. Kevin intègre alors un BTS ATI (Assistant technique d’Ingénieur). L’alternance est pour lui une solution idéale : elle permet le maintien d’une rémunération et la mise en pratique rapide de ce qui est appris en cours. Grâce à l’élaboration d’un tableau de maintenance préventive, de protocoles pour les opérateurs qu’il forme à la maintenance de 1er niveau, les arrêts deviennent rares. Une mission extrêmement gratifiante et qui donne confiance en soi. Emission proposée par Emploi-MaintenanceIndustrielle, plateforme Emploi des professionnels de la maintenance.

Écouter le podcast :

Disponible sur toutes les plateformes de podcast Deezer, Itunes, Spotify

27 Feb 21
Bordeaux, Nouvelle-Aquitaine, France

C'est notre rendez-vous mensuel, sur le web, programmé le 2ème mardi de chaque mois, de 20h15 à 21h00. Cette rencontre a lieu en direct sur le web et elle est ouverte à tou(te)s. Nous y parlons des actions en cours et à venir pour l'animation du réseau GP11, échangeons sur des thèmes de fond liés à la maintenance et y partageons des idées de manière conviviale.

Aujourd'hui nous vous présentons la nouvelle formation que nous proposerons à notre catalogue à la rentrée 2021 :

ELECTRICIEN D’INSTALLATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTÈMES AUTOMATISÉS

6 mois, 945h.Titre professionnel de niveau III.

Un électricien spécialiste du secteur industriel. C’est ainsi que l’on pourrait définir l’électricien de maintenance des systèmes automatisés. Son terrain de jeu : les équipements industriels automatisés : petits automatismes, systèmes automatisés industriels, machines automatisées autonomes… De l’installation au service après-vente, il les bichonne.

Retrouvez tous les détails sur l'annuaire des formations Maintenancia.

 

Nous vous accueillons dans nos locaux situés au 3 boulevard d'Anvers, à Nantes dans un environnement propice à la formation et à l'échange.
Lorsqu'il s'agit de sessions intra-entreprises, nous pouvons aussi nous déplacer sur votre site.

Une journée de travail enrichissante, comme à chaque fois, et aussi quelques bons moments passés ensemble.
Vous pouvez retrouver les photos ci-dessous.
Merci à tous et à très bientôt !

Cela fait plusieurs mois que le Club Maintenance 4.0 espérait pouvoir organiser cette visite ! C'est enfin programmé pour le 15/01/2021 !

L'usine Drafil située à Strasbourg est un de fleurons technologiques de l'industrie du futur. Drafil est une des usines agroalimentaires qui a le plus avancé dans l'intégration de la démarche 4.0.

Robots connectés, transmission des données à un data center, proposition d'axes d'améliorations ...
Autant de points que nous pourrons aborder avec la directrice technique et le responsable Maintenance le jeudi 15 janvier de 18h à 20h. 
Pour en savoir plus, contactez-nous au 05.64.27.05.58.

15 Jan 21
Strasbourg, Grand Est, France

Nous vous présentons les 2 animateurs de ce club maintenance : 

Lucas Baudon : Responsable maintenance depuis plus de 30 ans, Lucas est passionné de nouvelles tehcnologies.
Delphine Lallert : Consultante maintenance, Delphine a exercé pendant 5 ans au poste d'ingénieur maintenance dans une usine 4.0.

Lucas et Delphine animent la communauté, aujourd'hui constituée de plus de 15 industriels et de 3 prestataires maintenance. Ensemble, au rythme de 3 réunions annuelles et de travail collaboratif préparatoire à ces réunions, nous avançons sur le chemin de l'industrie du futur !

 

1 – Bien comprendre la GMAO

Pour choisir la bonne GMAO, il est primordial de bien comprendre de quoi il s’agit et ce qu’elle apporte à une entreprise. La gestion de la maintenance assistée par ordinateur est une méthode permettant, grâce à l’informatique, d’optimiser l’entretien des machines et équipements d’une usine ou de toute entreprise.

Quelles fonctions ? Un logiciel de GMAO est un programme informatique conçu pour gérer et rationaliser la maintenance des équipements, et dispose généralement, au moins, des fonctions suivantes :

  • gestion des équipements (localisation, inventaire…) ;
  • gestion des stocks et des achats de pièces détachées ;
  • gestion des coûts (achats, main d’œuvre, …) ;
  • gestion de la mise en sécurité des installations avant les interventions de maintenance ;
  • indicateurs clés de performance ;
  • gestion du personnel de maintenance.

Les avantages de la GMAO: Un logiciel spécifiquement destiné à la gestion de la maintenance industrielle permet donc, en principe :

  • d’optimiser la productivité d’une usine, en réduisant les périodes d’inactivité des machines dues à la maintenance ;
  • de mieux maîtriser les coûts liés à la maintenance, en la rendant plus efficace et en prolongeant le durée de vie des équipements ;
  • d’avoir une meilleure traçabilité des opérations de maintenance, et donc une plus grande transparence, notamment en vue des audits.

2 – Se méfier de la GMAO gratuite

Il est possible, dans une certaine mesure, de se doter d’une solution de GMAO gratuitement, mais ce choix est rarement pertinent. La gratuité masque en effet toujours des coûts cachés, en temps perdu, en fonctionnalités payantes bien qu’indispensables ou en démotivation des équipes.

Excel, une solution de fortune: Le logiciel Excel a été utilisé par de nombreuses entreprises pour gérer leur maintenance. Il représentait, à l’époque, un progrès par rapport à la maintenance papier en facilitant le suivi des interventions et la consultation des actions réalisées. Cependant, la planification des opérations, l’accès à l’information et l’utilisation en général sont, avec Excel, très limités. Ce logiciel ne favorise pas, par exemple, un suivi minutieux des opérations de maintenance.

Les logiciels open source: Comme dans beaucoup de domaines informatiques, il existe des logiciels open source, donc gratuits, de gestion de la maintenance. Mais ceux-ci sont difficiles à manier et requièrent des compétences très avancées en informatique. Leur utilisation, réservée aux initiés, n’est donc envisageable que dans les très petites entreprises où seules quelques personnes très compétentes en informatique s’occupent de la maintenance. Un cas de figure finalement très rare.

Les versions gratuites de logiciels de GMAO: Plusieurs éditeurs de logiciels professionnels mettent à disposition des versions gratuites de leur outil. Cela permet d’obtenir une solution dédiée gratuitement. Mais en réalité, ces versions sont bien différentes des logiciels complets : elles disposent de fonctionnalités restreintes, d’un nombre d’utilisateurs limité, voire ne sont pas disponibles en français. Dans la pratique, elles sont donc plus destinées à un essai rapide qu’à une utilisation durable.

3 – Choisir la bonne GMAO en adoptant une solution moderne

Des logiciels de GMAO existent depuis de nombreuses années. Mais la plupart d’entre eux ne sont plus adaptés aux enjeux actuels ni aux besoins des entreprises.

Les limites de la GMAO classique: Les logiciels de GMAO « classiques » sont difficiles et coûteux à installer et à utiliser.

D’une part, ils requièrent un investissement conséquent et définitif, puisqu’ils doivent être achetés à un prix élevé. D’autre part, leur paramétrage est long et fastidieux, et leur utilisation nécessite de nombreuses heures de formation des équipes, ce qui représente un coût supplémentaire. Enfin, l’utilisation de ces logiciels est complexe et peu intuitive. Cela a pour conséquence un manque de motivation des équipes pour les adopter et d’implication pour les utiliser, notamment parce qu’ils compliquent bien souvent la tâche des opérateurs de maintenance plus qu’ils ne la simplifient.

Choisir la bonne GMAO grâce aux nouvelles technologies: Ces dernières années sont apparues de nouvelles solutions de GMAO, dites « 4.0 », telles que l’application Mobility Work. Basées sur les dernières avancées technologiques, notamment en matière de mobilité et de Big Data, ces nouvelles solutions sont en passe de révolutionner la maintenance, d’autant plus que leur coût est largement inférieur aux logiciels classiques.

Une plateforme comme Mobility Work, par exemple, est conçue sur le modèle des applications de la vie courante. Elle est donc d’une extrême facilité d’utilisation et est très simple à adopter au sein d’une usine. Cela permet d’obtenir l’adhésion pleine et entière des équipes de maintenance et favorise leur implication dans le suivi des interventions. Disponible en SaaS et sur PC et mobile (Android ou iOS), elle facilite la tâche des équipes au quotidien : celles-ci ont la possibilité de se déplacer directement sur le terrain et de renseigner leurs interventions directement au pied des machines, sans avoir besoin de faire des aller-retours inutiles. Par ailleurs, grâce à son outil analytique, elle offre une puissance d’analyse considérable particulièrement utile pour la planification des interventions de maintenance. Enfin, le fonctionnement communautaire, grâce au partage d’expériences et de problématiques de maintenance, accélère la résolution des problèmes que peuvent rencontrer les équipes.

Choisir la bonne GMAO implique donc de prendre le temps de se renseigner sur le sujet, d’étudier les différentes solutions existantes et de suivre les dernières évolutions du secteur, pour pouvoir bénéficier de l’outil le plus performant et rentable dans la pratique.